Posté le 30 Juillet 2018

L'emploi de l'amalgame dentaire est-il autorisé au Canada et est-il sûr?

Les matériaux de restauration ne se situent pas dans une catégorie dont Santé Canada exige que les éléments aient été approuvés avant leur mise en marché. Néanmoins, si elle peut toujours réglementer les appareils ou matériaux médicaux, la Direction générale de la protection de la santé ne limite pas actuellement l'utilisation de l'amalgame dentaire.


De récentes études n'ont-elles pas démontré que l'amalgame dégage de la vapeur de mercure et qu'on ne devrait pas l'utiliser?


Les études scientifiques n'ont pas confirmé que l'amalgame dentaire causait des problèmes particuliers à la population en général. On sait, cependant, depuis un certain temps, que les obturations à l'amalgame dégagent d'infimes quantités de vapeur de mercure, surtout pendant la mastication, et que ce mercure peut être absorbé, atteindre certains organes et traverser le placenta. Il en va ainsi du mercure venant de sources naturelles, tels les aliments.


Qui est chargé de veiller à l'innocuité des appareils et des matériaux médicaux?


Au Canada, c'est la Direction générale de la protection de la santé (DGPS), à Santé Canada, qui est chargée de la réglementation des appareils et matériel médical.


Peut-on utiliser l'amalgame dentaire en toute sécurité chez tous les patients?


Non. Certains patients sont sensibles aux composants de l'amalgame, tout comme d'autres personnes sont sensibles ou allergiques à d'autres substances chimiques ou même à des aliments tels que le lait ou le pain. On estime que la prévalence de la sensibilité au mercure dans la population en général est d'environ 3 % (JADA, vol. 122, Aug. 1991, p. 54).


Par ailleurs, les dentistes peuvent, pour certains cas, songer à utiliser des obturations au composite ou à d'autres matériaux de restauration. Ils prennent couramment plusieurs facteurs en considération avant de choisir le matériau, notamment la taille de la dent, son emplacement, la santé du patient et ses antécédents médicaux et dentaires. Par exemple, on peut songer à d'autres solutions pour les personnes qui ont un déficit immunitaire, une neuropathie ou une insuffisance rénale.


Pour ce dernier cas, Santé Canada suggère de recourir à un autre matériau pour les patients. Bien qu'on n'ait pas établi de lien entre l'amalgame dentaire et ces maladies, il est évident qu'il faut porter une attention particulière à l'apport global de mercure dans l'organisme de ces patients. Il se peut aussi que l'amalgame soit contre-indiqué pour les ouvriers qui sont exposés aux métaux lourds dans leur travail ou pour les personnes qui sont davantage exposées au mercure, parce que leur régime alimentaire se compose surtout de fruits de mer.

Archives